Recherche

Aperçu du commerce de détail – Ville de Québec – Fin de l'année 2021

La relance du commerce de détail dans la Ville de Québec interrompue par Omicron

31 janvier 2022
Contributors:
  • Heli Brecailo
  • Claudia Verno
Marché local

Le marché de la location de commerce de détail de la Ville de Québec devrait franchir avec succès la période actuelle d’incertitude découlant de la vague de pandémie d’Omicron. Bien qu'à la fin de 2021, la province de Québec ait réintroduit des restrictions de fermeture qui entravent la capacité des commerces de détail à planifier, l'activité de location devrait néanmoins progresser dès que la province entrera dans un environnement plus stable, probablement au deuxième trimestre.

La province a maintenu son approche qui vise à maintenir des sanctions lourdes des vagues de pandémie précédentes et a réintroduit des mesures strictes visant à réduire les déplacements, l’obligation de présenter le passeport vaccinal dans les commerces de détail, respecter un couvre-feu de 22 heures à 5 heures du matin, le tout assorti de lourdes amendes et l'obligation de travailler à distance. À la déception de nombreux Québécois, l’évolution rapide de la province en matière de vaccination et de traitement contre la COVID-19 n’a pas encore permis d’éviter des mesures rigoureuses.

Les restrictions comprenaient également la fermeture temporaire des salles de restaurants, des bars, des gymnases, des cinémas et des lieux fermés. Heureusement, les commerces de détail et les centres commerciaux demeurent ouverts, bien qu’avec des limites de capacité réduites. Pendant trois dimanches au cours du mois de janvier, seuls les dépanneurs et les pharmacies avaient l'autorisation d'être opérationnels, tous les autres commerces n'ayant pas été autorisés à opérer pendant cette période.

En plus de l’ampleur et de la durée des restrictions, les entreprises s'inquiètent de la durée de la pandémie dans son ensemble, alors que nous vivons la cinquième vague sur une période de deux ans. Compte tenu de la nature imprévisible de la COVID-19, de nouvelles vagues pourraient continuer à perturber le marché et à remettre en question la faisabilité des affaires.

Malgré cela, Omicron rencontre un marché plus résilient et préparé. Malgré l'absence d'une nouvelle grande vague, les commerces de détail et les propriétaires sont désormais familiarisés avec les mesures restrictives et ce qu'elles impliquent. De nombreux baux comprennent déjà des clauses qui prévoient une réduction des loyers en temps de crise. De plus, le gouvernement fédéral a mis en place des programmes d’urgence pour aider les entreprises les plus touchées.

Les acheteurs sont moins hésitants à propos de la Covid-19 et plus confiants en ce qui a trait à la consommation. De nombreuses entreprises mettent à jour leurs plateformes en ligne, ce qui permet d’utiliser des méthodes de magasinage qui répondent aux différentes hésitations des acheteurs. De plus, de nombreux acheteurs profitent de cette opportunité pour faire des économies qu'ils pourront dépenser dès la réouverture des services.

Dans ce contexte, les centres de quartier, ainsi que les commerces essentiels situés à proximités des résidences des consommateurs, connaîtront un intérêt continu. Les grands centres et les commerces de détail généraux, qui jouissent d’une façade extérieure, devraient également demeurer attrayants.

La trajectoire de la relance des loyers devrait s’interrompre et est susceptible de de stagner. Selon la durée de la vague Omicron, il pourrait y avoir une autre hausse des réductions de loyer de base et des loyers à pourcentage, et la perception des loyers pourrait en souffrir. Bien que les taux dans la province de Québec aient modérément augmenté en 2021, rejoignant lentement ceux de 2019, ils pourraient baisser au premier trimestre de 2022.

L'achat du Fonds de placement immobilier (FPI) Cominar a constitué un grand pas en avant pour l'immobilier de commerce de détail local. Dans le cadre de l'une des plus importantes acquisitions de biens immobiliers commerciaux au Canada en 2021, Canderel Real Estate a récemment mené une transaction de 5,7 milliards de dollars pour acheter Cominar (vente qui a donné un élan à l’immobilier commercial local), qui est situé dans la Ville de Québec. Environ la moitié des propriétés du commerce de détail de Cominar sont également situées dans la ville.

Canderel et Groupe Mach se partageront les propriétés bureaux et commerce de détail de Cominar tandis que Blackstone se verra attribuer les propriétés industrielles. La clôture officielle est fixée pour le premier trimestre.

Un recul important pour les salles de restaurant

La fermeture des salles de restaurant aura certainement une incidence sur les restaurants déjà touchés, ce qui soulève des questions sur l'avenir du secteur dans son ensemble. De nombreuses entreprises continuent d’évaluer si elles doivent maintenir leurs établissements en activité pendant les fermetures et les réouvertures.

Heureusement, le gouvernement fédéral a offert un soutien continu au secteur de l’hôtellerie. Dans le cadre du Programme de relance pour le tourisme et l'accueil (PRTA), les entreprises qui avaient une baisse de revenus d’au moins 40 pour cent pourraient être admissibles à une subvention de loyer, à une subvention salariale ou aux deux.

Une fois qu’ils rouvriront, les services de restauration trouveront de plus en plus difficile de recruter de la main-d’œuvre, qui continue de passer à des secteurs plus stables et moins sujets à des fermetures gouvernementales. Pendant la pandémie, les postes vacants des services de restaurant dans la province de Québec ont augmenté.

La relance des restaurants avec service complet souffre d’un autre recul. Avec les fermetures temporaires, les clients ont délaissé les services de restauration au profit de la vente au détail de produits alimentaires jusqu'à la réouverture des salles de restaurant. Juste avant Omicron, les ventes étaient encore réduites en raison du climat automnal, de l'exigence d'une preuve de vaccination et de l'hésitation en rapport à la Covid-19. Néanmoins, les restaurants devraient voir leur activité s'intensifier au printemps, lorsque le temps se réchauffe.

Les établissements de restauration rapide continueront de surpasser les autres services de restauration et les débits de boisson. Ces établissement sont rapidement rebondi après la COVID-19 et ont constamment vu leurs ventes augmenter en 2019.

Centre-ville ou banlieue

La tendance continue d’être favorable aux banlieues, car les résidents ont reçu l’instruction de faire du télétravail pendant la vague Omicron. Les gens continueront de passer plus de temps à la maison pour le travail, le magasinage et les loisirs. En 2021, bien que de nombreux travailleurs aient repris le chemin des bureaux, la fréquentation des lieux de travail et des stations de transport en commun est demeurée sous les niveaux prépandémiques.

Une étude récente a rapporté que 43 % des travailleurs locaux ont télétravaillé en 2021. En tant que capitale provinciale, la Ville de Québec héberge plusieurs secteurs économiques compatibles avec le télétravail. Le travail à distance demeure populaire, 79 % ayant l’intention de poursuivre cette entente, soit trois ou cinq jours par semaine.

L'Université Laval et divers campus collégiaux du centre-ville et des environs sont passés aux cours en ligne début janvier, conformément aux directives provinciales. Le retour aux cours en présentiel dépendra des nouvelles instructions provinciales.

Le centre commercial Laurier Québec a connu une certaine reprise de l’achalandage des clients à la fin de 2021, mais la fréquentation globale est restée inférieure au niveau de 2019. De son côté, le centre commercial Les Galeries de la Capitale - situé en banlieue à l'intersection des autoroutes 40 et 740 - a également connu une baisse d'achalandage, mais a connu un meilleur été, principalement en raison de Méga Parc et de la présence de familles de l'extérieur de la région en vacances. Au troisième trimestre, Cominar a constaté une augmentation de la fréquentation et du total des ventes comparables dans ses centres commerciaux non urbains de Québec.

À long terme, les nouveaux projets axés sur le transport en commun devraient améliorer la mobilité vers et depuis le centre-ville. La province a récemment dévoilé des plans de transport en commun ambitieux, ce qui représente 7 milliards de dollars pour un troisième lien entre le centre-ville et la municipalité de Lévis sous la forme d’un tunnel.

De plus, la province prévoit construire un réseau de tramway pour relier la Ville de Québec de l’est à l’ouest, passant par le centre-ville. La ligne de 20 kilomètres devrait être en service en 2027. Le nouveau projet offrira des trottoirs plus larges aux piétons et facilitera l’accès des voitures aux commerces de détail.

Renseignez le formulaire pour télécharger notre étude

There was an error submitting the form. Please try again.

Jones Lang LaSalle (JLL), ainsi que ses différentes filiales et entités, est une société internationale leader du conseil en immobilier d'entreprise. Nous prenons la responsabilité de protéger avec la plus grande rigueur les informations personnelles qui nous sont confiées.

En règle générale, les informations que nous recueillons sur vous nous permettent de traiter ou de répondre à votre demande.

Nous nous engageons à conserver les informations personnelles qui nous sont confiées, avec le niveau de sécurité approprié, et aussi longtemps que nous le jugerons nécessaire pour toute raison professionnelle ou légale. Nous supprimerons ensuite vos données de manière sûre et sécurisée.

Pour plus d'informations sur la manière dont JLL traite vos données personnelles, veuillez consulter notre déclaration de confidentialité.